Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 13:45

Si demain, les Français décidaient de voter la sortie de la gauche du paysage politique, si le suffrage populaire portait au pouvoir la droite, ou, qui sait, la droite de la droite (pour parler comme la gauche extrême quand elle parle d’elle-même), on peut imaginer, à l’aune du Brexit, le jour d’après crétin, juste après le scrutin. L’on montrera quelques électeurs désespérés disant qu’ils n’avaient pas voulu cela et qu’on les a trompés. Quelques intellectuels distingués décréteront que ceux qui ont voté sont les vieux rances, les racistes vicieux et tous les incultes demeurés. Une pétition invérifiable exigera une nouvelle consultation. Messieurs Martinez et Mailly organiseront de grandes manifestations. Au fond, pas de surprise, depuis Robespierre et Marat nous savons que les amis du peuple méprisent son avis et préfèrent la violence à la démocratie. Ils n’aiment que le pouvoir, et lorsqu’ils y parviennent, ils refusent aussitôt les conséquences pratiques de leurs funestes théories. Les communistes récusent superbement toutes leurs expériences calamiteuses. Les trotskistes n’en assument par avance aucune. Monsieur Mélenchon après avoir embrassé voluptueusement Tsipras Alexis s’est précipité deux jours après, dépité, dans les bras plus musclés de M.Varoufakis. Après avoir pleuré devant la dépouille embaumée de Chavez, notre insoumis a omis le nom et l’adresse du nouveau lider maximo minoritaire, un certain Maduro. Moi, si Hollande repasse, je proclame Neuilly, cité libre et souveraine, et l’île de la jatte, port franc républicain.

Repost 0
Published by chroniquedepam
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 14:35

A entendre certains, le jeu vidéo serait essentiellement destiné aux enfants. Pourtant, je l'avoue sans honte : j'y joue encore régulièrement. Et je suis loin d'être le seul adulte dans ce cas. Dernièrement, la DRH a ainsi offert à certains d'entre nous un incentive à New York. Mes collègues et moi nous sommes donc affrontés via écrans interposés durant toute une soirée. En jouant, j'ai pu discuter avec eux de ce qui se prépare. Car c'est une période délicate pour un gamer. Avec le nouveau modèle de la XBox One et l'arrivée de la PS4 Pro, on ne sait plus que prendre. Mais le matériel qui attire le plus l'attention est selon moi celui de Nintendo, dont la console est supposée sortir sous peu. La firme japonaise est jusqu'à présent la seule à ne pas avoir dévoilé son jeu, mais le peu qu'on en sait pose déjà question. Quant aux rumeurs qu'il peut y avoir autour de cette console, elles sont tellement curieuses qu'elles sont probablement trop belles. En tout cas, si elles étaient confirmées, la NX serait sans doute une vraie tempête dans la sphère du jeu vidéo. Et c'est tout le mal que je souhaite à Big N, vu que son dernier grand succès remonte à la Wii, ce qui commence à faire loin. J'espère vraiment que ces rumeurs ne sont pas de vaines spéculations. Jai entendu dire qu'il pourrait s'agir d'une console hybride. Elle serait essentiellement portable, mais pourrait se plugger sur un téléviseur. Rien de bien original jusque-là, mais là où ça devient intéressant, c'est que l'on pourrait aussi l'associer à un casque pour s'essayer à la réalité virtuelle. Voire même à la réalité augmentée via une caméra ! Si c'est le cas, chapeau bas : la NX sera du coup la première à proposer toutes ces technologies en un seul équipement et raflera la mise. Je croise vraiment les doigts pour que tout cela soit avéré, parce que cette console serait alors un véritable bijou à ne pas manquer, que j'achèterais le jour même de sa sortie. Quitte à devoir me faufiler sous le rideau de fer à l'ouverture du magasin, comme je l'ai fait pour la Wii ! En tout cas, cet incentive a été un succès sur toute la ligne. Résoudre les démêlés du travail avec des armes virtuelles fait un bien fou, et je vous conseille d'essayer, si vous en avez un jour l'occasion. Voilà l'agence qui l'a mis en place : j'ai trouvé leur initative excellente. Pour en savoir plus, allez sur le site du spécialiste du voyage incentive aux USA.

Repost 0
Published by chroniquedepam
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 10:57
La lettre se présente comme un plaidoyer en faveur d’Agnès Saal, l’ex-patronne de l’Ina, sanctionnée la semaine dernière par François Hollande à deux ans de suspension de la fonction publique, dont six mois ferme (sans traitement). La missive adressée au chef de l’État a déjà a été cosignée, à ce stade, par 98 personnalités du monde de la culture et de la haute fonction publique. La clôture des signatures interviendra le 12 janvier. Le Point a intercepté ce courrier avant expédition. À l’initiative, on retrouve Alain Bonhomme, inspecteur général des affaires culturelles honoraire, l’un des plus fervents défenseurs d’Agnès Saal. On notera que les auteurs de la lettre ne réclament rien. Il ne s’agit pas d’un « recours gracieux », mais la lettre sonne comme une longue admonestation envers le chef de l’État pour l’injustice dont il serait l’auteur. Les signataires estiment qu’Agnès Saal, à qui l’État reproche des factures de taxis excessives (40 000 euros à l’Ina) pour elle-même et son fils, a hérité d’une sanction « en réalité sans aucune proportion aux faits reprochés, eux-mêmes systématiquement majorés dans le rapport servant de base aux poursuites ». Selon eux, l’ex-patronne de l’Ina est une « victime expiatoire devant supporter seule les procès médiatiques et rappels à la régularité que justifieraient les errements dont la haute administration et les présidences d’établissements publics sont, à tort ou à raison, accusées ». Les signataires semblent bien informés sur les moeurs de la haute fonction publique. On veut des noms ! « Une situation familiale particulièrement douloureuse » Mais quelle est donc la faute d’Agnès Saal ? Ses défenseurs en ont une vision très particulière : « Sa faute se limite (...) à avoir, dans une situation familiale particulièrement douloureuse, donné à son fils le code de son abonnement de taxi et de ne pas en avoir contrôlé l’usage. Cette faute, elle ne l’a pas niée. Elle en a immédiatement remboursé le coût à l’Ina. Et ce coût était sans commune mesure avec les économies de dépenses liées à la fonction de président (frais de taxi compris) qu’elle a réalisées dans cet établissement et surtout avec celles que la qualité de sa gestion a opérées dans toutes les structures dont elle a été responsable. » [...] La lettre des amis d’Agnès Saal Monsieur le Président de la République, Vous avez décidé d’infliger à Agnès Saal deux ans d’exclusion temporaire de fonctions, dont six mois fermes. Cette sanction pourrait sembler modérée puisque, au cours de la procédure disciplinaire consultative, les représentants de l’administration ont agité la menace d’une révocation ou d’une exclusion temporaire de fonctions de deux ans sans sursis. Nous vous écrivons pourtant pour vous dire notre sentiment d’injustice devant une sanction qui est en réalité sans aucune proportion aux faits reprochés, eux-mêmes systématiquement majorés dans le rapport servant de base aux poursuites. Cette mesure aggrave donc un processus, engagé par madame la ministre de la Culture et de la Communication avant même de disposer de ce rapport, qui a livré à la vindicte des médias une fonctionnaire considérée par tous ceux qui l’ont côtoyée comme l’un des meilleurs responsables du service public de la culture, auquel elle s’est dévouée sans limites depuis plus de trente ans.
Repost 0
Published by chroniquedepam
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 10:57
Milo Yiannopoulos est un journaliste anglais extrêmement controversé, autoproclamé «plus célèbre des super-méchants de l’Internet». Figure de proue du mouvement Gamergate, il a fait des féministes sa cible préférée, que ce soit sur le très conservateur Breitbart.com ou sur son compte Twitter. Il a annoncé le 9 janvier avoir reçu cet étonnant mail de Twitter. Punition: Twitter lui enlève son très solennel badge bleu, censé certifier son identité. D’après le réseau social, Yiannopoulos a enfreint les règles d’utilisation. La raison précise n’est pas donnée mais d’après Buzzfeed, c’est ce tweet menaçant (mais ironique, soutient l’intéressé) qui pourrait être en cause. Ce qui n’a pas été confirmé. Face aux critiques dénonçant le climat nauséabond sur le réseau, Twitter a mis à jour récemment ses règles d’utilisation en explicitant clairement son opposition au harcèlement: «Twitter ne tolérera pas des comportements tendant à harceler, intimider ou user de la peur pour réduire la voix d’un utilisateur au silence». Milo Yiannopoulos, troll emblématique, ne cessant de provoquer les féministes, a semble-t-il fait les frais de cette nouvelle politique. Twitter nous avait habitué à suspendre les comptes des utilisateurs tendancieux. Notre troll national, Mixbeat, avait écopé de cette sanction en 2011. En choisissant de faire sauter le badge bleu de Yiannopoulos, ce qui équivaut à dire qu’il n’est plus lui-même, le réseau social invente une drôle de sanction, la déchéance de notabilité. La punition est contre-productive : en choisissant cette demi-mesure — laisser son compte ouvert mais le «dé-vérifier» — Twitter cherche à abaisser le volume de son micro mais ne fait que porter davantage sa parole. En vertu du fameux effet Streisand, il a gagné plusieurs dizaines de milliers de followers dans l’affaire et un sulfureux hashtag de soutien (#JeSuisMilo). Cette sanction, qui n’a aucun effet pratique, pose des questions sur les intentions de Twitter. Quel est le sens profond de ce badge, qu’on croyait jusqu’à présent réservé à la simple authentification des personnalités publiques ? Le badge bleu serait-il en fait un certificat de bonne parole ? Y a-t-il des twittos de seconde zone, les sans-badges, autre manière de désigner les fameux «anonymes» qui pulluleraient sur nos Internets ? Milo Yiannopoulos paye-t-il pour un tweet en particulier ou pour l’ensemble de son oeuvre ? Si Twitter commence à enlever son label aux personnalités publiques qui dérapent, un problème risque de vite se poser : Donald Trump, le possible candidat républicain à l’élection présidentielle, pourrait lui aussi perdre son badge ! Facebook a déjà été confronté à ce problème, quand Donald Trump a publié sur le réseau ses propos très controversés sur les musulmans... contraires aux règles d’utilisation de Facebook. La compagnie avait laissé les messages en ligne, estimant qu’ils avaient une valeur politique. La punition infligée à Yiannopoulos dans la plus grande opacité (Twitter refuse de commenter les cas particuliers) ravive le débat autour de la liberté d’expression sur le réseau. La journaliste féministe Jessie Thompson salue «une victoire pour tous ceux qui ont vu les réseaux sociaux sombrer dans un cloaque de misogynie vulgaire et de provocation violente». Au contraire, l’influent investisseur Jason Calacanis estime que la nouvelle politique de Twitter «va être un désastre (sauf s’ils choisissent d’imposer des vrais noms comme Facebook). C’est un forum anonyme et aucun forum anonyme n’a jamais réussi à réglementer efficacement la parole de ses utilisateurs. Ce n’est simplement pas possible de faire de Twitter un «endroit sûr», tout du moins de la manière dont le site est designé actuellement». Twitter, notoirement connu pour son attachement à la liberté d’expression, commence à resserrer ses règles d’utilisations pour prendre en considération la délicate question du harcèlement. Vijaya Gadde, directrice juridique de l’entreprise, écrivait en avril dans le Washington Post: «Notre philosophie de la liberté d’expression ne veut rien dire si nous continuons à laisser des personnes se faire réduire au silence parce qu’elles sont terrorisées de parler». Placer le curseur entre une tradition de la liberté d’expression et cette nouvelle politique anti-harcèlement relève de l’équilibrisme pour Twitter. Milo Yiannopoulos est le cas de conscience typique qui se pose aujourd’hui pour le réseau. Revendiquant de mener un combat politique avec son armée du Gamergate, ses provocations à répétition relèvent-elles du débat légitime ou d’un sexisme intolérable qui s’apparente à du harcèlement ? Twitter a choisi de ne pas choisir, en le blâmant publiquement mais en le laissant déblatérer.
Repost 0
Published by chroniquedepam
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 08:18
A New York!
Repost 0
Published by chroniquedepam
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 08:18
La détermination de la Russie au Proche-Orient a beaucoup impressionné l'Arabie saoudite, surtout sur fond de passivité du président américain Barack Obama, estime un universitaire israélien reconnu. Le roi Salmane d'Arabie saoudite se rendra à Moscou, preuve de la volonté de Riyad de faire alliance avec la Russie, de plus en plus d'influente au Proche-Orient sur fond de positions américaines affaiblies dans cette partie du monde, rapporte Arutz 7 se référant à l'historien israélien Mordechai Kedar. L'expert cite quatre raisons qui motivent ce geste politique du monarque saoudien. Premièrement, ce sont les positions affaiblies des Etats-Unis dans la région suite à leur "démission" des fonctions de "gendarme du monde". Par ailleurs, après la conclusion de l'accord iranien, Riyad n'a plus avec qui s'entretenir à Washington. Les Saoudiens considèrent cet accord avec Téhéran comme une sorte de trahison de la part des Américains. Deuxièmement, c'est la détermination avec laquelle la Russie s'est engagée dans le conflit syrien et ce, sur fond d'inefficacité de la réaction des Etats-Unis et de l'Otan. Troisièmement, c'est la peur inspirée aux Saoudiens par l'alliance russo-iranienne. Selon M.Kedar, en l'absence du soutien américain ou européen, les Saoudiens prennent manifestement pour devise "si tu ne peux pas les vaincre, rallie-les". De toute évidence, le roi Salmane pense qu'il pourra influer davantage sur l'Iran quand il s'agit du Yémen, de l'Irak ou de la Syrie s'il rejoint l'alliance russo-iranienne au lieu de rester à l'écart. Quatrièmement, Riyad veut être certain que la Russie ne s'engage pas sur le sol saoudien dans sa lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique (EI). Selon l'expert israélien, la détermination de la Russie montre bien qu'elle ne veut plus s'attendre à ce que l'Otan ou les Etats-Unis fassent ce que les autres ont peur de faire, mais qu'elle mènera une guerre totale contre les extrémistes musulmans afin d'anéantir l'EI avant que celui-ci ne détruise la Russie.
Repost 0
Published by chroniquedepam
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 15:27
En Cappadoce

Il y a quelques semaines, j'ai eu la chance de faire un voyage en Cappadoce (Turquie), à l'occasion d'un voyage de groupe organisé par le comité d'entreprise. La région en elle-même est déjà superbe, et m'a permis de découvrir certains des plus beaux et improbables paysages de la planète. Pourtant, ce qui m'a le plus marqué lors de ce séjour, ça n'a pas tant été le décor que l'hôtel lui-même. Car celui-ci se fondait si parfaitement au décor naturel qu'il en était presque surnaturel. Il aurait tout aussi bien pu être conçu par des elfes, soucieux de respecter l'environnement en se fondant dans le paysage. L'hôtel était une grotte. Ca ne semble pas très glamour à première vue, mais en fait, c'est même très romantique (à tel point que j'aimerais bien y emmener ma femme). Le paysage étrange et quasi lunaire de la région est en fait parsemé de colonnes de pierre géantes appelés « cheminées de fée ». Nombre d'entre elles abritent aujourd’hui des hôtels de grande classe, mais l’Anatolian Houses où mes collègues et moi avons logé est certainement le plus beau de tous. Par ses ondulations, ce complexe de suites — il n’y a pas de chambre à proprement parler — fait un peu penser aux cheminées de Gaudi. Créé dans le ster traditionnel, avec ses portes en arches et ses pièces aux voûtes en berceau, il répond cependant aussi aux normes les plus modernes. Bien qu'il s'agisse d'une grotte, l'hôtel offre tout le confort possible : deux piscines, un spa et un centre de bien-être, un hammam, un restaurant de grande classe et une superbe cave. Tout a été réalisé avec goût dans un style que l'on pourrait qualifier de « design ottoman ». Les lits sont drapés de mousseline, des kilims (tapis faits main) sont accrochés aux murs et le mobilier est un ensemble d’objets anciens choisis avec goût et d'objets contemporains. Quatorze suites disposent de bains chauds privés. En un mot, tout ce que le troglodite moderne peut souhaiter avoir ! Si vous vous rendez un jour en Cappadoce, il n'y a qu'un seul moyen pour bien découvrir le paysage de cette région unique au monde (qui s'étend sur quelque 130 km2) : la promenade en ballon. Ils sont une vingtaine à voler chaque jour de l'année (sauf par mauvais temps, évidemment). Lors de notre vol, nous nous sommes vus offrir un « Cloud Nine », mélange de champagne et de jus de cerise : un mélange presque aussi étonnant que le monde étrange et lunaire que nous survolions ! Etonnant mais délicieux ! Ce qui est étrange, au final, c'est que ce voyage de groupe ait été organisé par mon comité d'entreprise. Parce que cette destination semble parfaite pour une lune de miel. Et je crois bien que je vais y conduire ma femme, pour notre prochain anniversaire de mariage. Si cela vous intéresse, je vous laisse le lien vers l’organisateur de ce voyage de comité d’entreprise. Suivez le lien pour toutes les infos.

Repost 0
Published by chroniquedepam
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 15:26
Le co-fondateur du Front de Gauche se dit, dans un entretien aux Inrockuptibles à paraître mercredi, «persuadé» que sa propre formation peut «arriver à la tête du pays» à la prochaine présidentielle. Le co-fondateur du Front de Gauche et candidat malheureux à la dernière présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, ne cache plus ses ambitions pour 2017. Candidat pour «renverser la table», le leader de la gauche radicale a fait du président de la République la première cible de ses attaques. Dernière affront en date: sa conviction, lâchée dans un entretien aux Inrockuptibles à paraître ce mercredi, que François Hollande «ne sera même pas candidat» à la prochaine élection présidentielle. «Il s'est fixé comme condition l'inversion de la courbe du chômage! C'est impossible avec sa politique et le contexte mondial. Les turbulences vont provoquer une contraction du marché mondial, le chômage va exploser, quoi qu'on fasse. Hollande a dit qu'il ne serait pas candidat si le chômage continuait d'augmenter. Tout le monde dit que c'est une ruse. C'est en fait un signal de départ. Il sait bien qu'il ne sera pas candidat», veut-il croire. À ses yeux, le chef de l'État «est un personnage dérisoire et (il mène) une présidence désastreuse (...). J'aime mon pays et je ne supporte pas de voir combien il l'a abaissé. Je suis bouleversé par les souffrances qu'il a répandues». À la question de savoir qui sera au second tour de la présidentielle, Mélenchon répond sans ambages: «Je serai présent, ou quelqu'un de notre mouvance». Et assure: «Aujourd'hui je reste persuadé que nous pouvons arriver à la tête du pays et qu'il ne s'agit pas d'une marche si gigantesque que cela». «Nous sommes toujours à 10% des intentions de vote. Tout cela signifie qu'avec une bonne campagne et une bonne ligne directrice, tous les espoirs sont permis», assure-t-il, soulignant qu'«en 2012, 30% des électeurs de Hollande ont hésité entre Hollande et (lui) jusqu'à la dernière minute». Revenant sur les élections départementales, il concède: «Oui nous sommes partis en ordre complètement dispersé. C'est la pire campagne que j'ai vécue (...). Finalement nous avons payé ce manque de clarté», déplore-t-il, appelant à retenir la leçon.
Repost 0
Published by chroniquedepam
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 15:25
La chancelière allemande Angela Merkel lors d'une rencontre avec des citoyens le 25 août 2015.La chancelière allemande Angela Merkel lors d'une rencontre avec des citoyens le 25 août 2015. L'Allemagne renonce à son droit d'expulser les réfugiés syriens vers leur point d'entrée dans l'Union européenne. Une mesure saluée par la Commission comme "un acte de solidarité" vis-à-vis des pays frontaliers. L'Allemagne ne veut plus expulser de réfugiés syriens. Berlin suspend l'application du règlement de Dublin qui prévoit l'expulsion des demandeurs d'asile vers leur point d'entrée dans l'Union européenne, vient d'annoncer l'Office fédéral de l'immigration et des réfugiés (BAMF). Sur son compte Twitter, le BAMF indique ne plus mener, "à l'heure actuelle" et "en pratique", des procédures d'expulsion pour les ressortissants syriens. "Nous saluons cet acte de solidarité européenne. Pour la Commission, cela constitue une reconnaissance du fait que l'on ne peut laisser les Etats membres situés aux frontières extérieures gérer seuls le grand nombre de demandeurs d'asile cherchant refuge en Europe", a commenté à Bruxelles la porte-parole de la Commission européenne, Natasha Bertaud. Adopté en 2003, le règlement dit "Dublin II" fixe les règles de compétence au sein de l'Union européenne pour l'examen des demandes d'asile, laissant au premier pays d'accueil le soin de traiter une demande. Mais par dérogation, ce même règlement prévoit une "clause de souveraineté" permettant à n'importe quel autre d'Etat d'examiner une demande d'asile, a précisé Natasha Bertaud à Bruxelles. "L'Allemagne a utilisé cette clause à plus de 2000 reprises cette année", a ajouté la porte-parole de la Commission. Face à l'afflux sans précédent de réfugiés sur le continent, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande ont plaidé lundi à Berlin pour une réponse "unifiée" de l'UE. Angela Merkel a relevé que si l'UE a "de manière globale un même droit d'asile", tous les pays européens doivent le mettre en application "le plus rapidement possible". Le mot d'ordre était à la mobilisation en Allemagne face à la multiplication des actes xénophobes, après qu'un incendie suspect a ravagé un futur foyer pour réfugiés.L'Allemagne s'attend à recevoir cette année 800 000 demandes d'asile, soit quatre fois plus que l'an dernier. Toujours sur Twitter, le BAMF recrute.
Repost 0
Published by chroniquedepam
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 15:33
Mon autre vol en apesanteur

Il y a quelques jours, lors d'un séminaire au Texas, j'ai eu le privilège de réaliser l'une des expériences les plus insolites qu'il soit possible de vivre : j'ai réalisé un vol en gravité zéro. Une expérience si difficile à raconter que j'ai bien failli ne pas écrire de billet sur cette aventure. Mais bon, à quoi servirait ce blog si je ne racontais pas ce genre d'expérience ? :) Ce vol unique s'est fait sur un Boeing modifié (spécialement conçu pour tester la gravité zéro). Je suis monté à bord après un briefing d'une heure. J'aurais dû avoir des noeuds dans le ventre au moment d'embarquer, mais j'étais en fait complètement décontracté. Avant d'embarquer, un médecin nous avait donné de la Scopolamine pour ne pas subir le mal de l’air. Un antidote extraordinaire. Au début, la tête tourne un peu, comme si on avait bu un Ricard, puis ça se calme et une fois installé, on est tout à fait apaisé. Pas la moindre appréhension, pas de mal au ventre... Dommage qu'on n'en trouve pas sans ordonnance, ça me serait bien utile avant chaque vol ! Un peu avant la première parabole, j'ai rejoint la zone de free floating, une zone matelassée pour profiter pleinement de l'apesanteur. Et je me suis allongé à même le sol en attendant que l'appareil prenne de l'altitude. En guise de hors-d'oeuvre, on a pris 1,8G. Premier choc, c'est comme si j'étais cloué au sol par une puissance invisible... Puis nous avons commencé la phase d'injection et, immédiatement, je me suis élevé dans les airs. J'étais en train de flotter ! Je serais bien incapable de dépeindre ce qu'on ressent dans un tel moment. Vous parviendriez à décrire le goût que peut avoir le ketchup à une personne qui n'en a jamais goûté, vous ? On flotte littéralement dans le vide, on ne pèse plus rien. C'est merveilleux, incroyable, sidérant. Il est vraiment compliqué de se mouvoir avec agilité à partir du moment où l'on n'a plus de poids ! Il suffit d'une chiquenaude sur une paroi de l'avion et on va se cogner immédiatement à la paroi opposée... Mais c'est merveilleux au-delà des mots. Dans les deux premières paraboles, nous avons eu droit à la gravité martienne et lunaire, et les autres étaient quant à elles en gravité zéro. Soit quinze paraboles d'affilée, chacune de 22 secondes. Cela fait peu, mais le fait de se libérer de la gravité, même quelques secondes, c'est déjà une aventure unique ! Si vous avez la chance de tester cette expérience, un conseil : il vaut mieux ne pas manger trop gras. Sans quoi, vous avez toutes les chances de vider vos tripes une fois là-haut. Et dans un environnement en gravité zéro, c'est assez dérangeant... Pour en savoir plus, cliquez sur le lien qui vous amène au site de l’opérateur de vol en apesanteur.

Repost 0
Published by chroniquedepam

Texte Libre

Bienvenue sur mon blog, je suis Pam, je bosse dans la mode, retail, et mon job me gonfle. Alors pour me divertir j'écris ces quelques lignes. C'est ma chronique.

Recherche