Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 19:56

Avant-hier, j'ai été amené à suivre à un séminaire en Espagne passionnant où le problème des tarifs douaniers a été longuement présenté. La question posée était la suivante : les spécialistes de l'économie attestent depuis presque un siècle que les droits de douane sont une folie qui se fait toujours au détriment du citoyen. Aussi pourquoi donc restent-ils si courants ? Avant toute chose, faisons un constat simple : un tarif douanier qui est appliqué à un produit particulier est là pour ménager une industrie bien identifiée. Il est assez facile aux entreprises et aux leaders d'une branche de s'accorder pour composer des pressions politiques influentes, parce qu'ils peuvent tous tomber d'accord sur le fait que ce point est vital pour leur survie (à court terme du moins). Toutefois si un droit de douane est prescrit, son coût, qui se manifeste par une augmentation des prix à la vente, est subi par un groupe de citoyens beaucoup plus considérable, dont les membres ont nettement plus de mal à s'organiser au plan politique. Pour cette raison, les politiciens satisferont davantage des groupes nettement organisés et qui donnent de la voix pour perpétuer l'imposition des tarifs douaniers. Surtout s'ils sont géographiquement centralisés dans une région où votant en groupe, ils peuvent faire pression sur les élections futures. Cette conférence en Espagne était réellement intéressante. Cependant même dans ces circonstances, pourquoi l'assistance du gouvernement prend-elle souvent l'aspect de montants de douane plutôt que de subventions à la production, par exemple ? Cela tient avant tout à ce que si l'industrie automobile nationale peine à supporter les importations de voitures japonaises, il semble plus commode d'introduire une procédure qui endiguera directement l'arrivée des constructeurs : en imposant une taxe qui va à l'encontre du libre marché. S'il faisait le choix des subventions, l'État devrait passer par la case impôts pour les financer. Ce serait donc plus visible pour le consommateur. Pour autant, celui-ci est le seul perdant, dans l'affaire. Un droit de douane est bien souvent plus commode à établir politiquement, non seulement parce qu'il paraît cibler les concurrents, mais aussi parce qu'il semble élever les recettes nationales. Une subvention paraît cependant compacter celles-ci. Or, un tarif douanier frappe de toute évidence les acheteurs en gonflant le montant des biens taxés : le consommateur paye plus pour protéger des entreprises non compétitives, et qui ne se donnent pas les moyens de l'être. L'homme politique préfère appliquer les droits de douane car ils produisent moins de tourments politiques au gouvernement. Quitte à ce qu'ils aillent à l'encontre de la grande majorité des citoyens. Je vous laisse murir la question, et je vous laisse un lien vers l’organisateur de ce séminaire en Espagne, si vous souhaitez en savoir plus, ou avoir les prochaines dates de séminaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by chroniquedepam
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Bienvenue sur mon blog, je suis Pam, je bosse dans la mode, retail, et mon job me gonfle. Alors pour me divertir j'écris ces quelques lignes. C'est ma chronique.

Recherche