Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2019 2 27 /08 /août /2019 08:34

Au cours des décennies qui ont précédé 2008, la stagnation des salaires a poussé de nombreux Américains à s'endetter de manière considérable en utilisant la valeur croissante de leur maison comme garantie. (La même chose s'était produite dans les années qui ont précédé 1929.)  Les banques de Wall Street étaient ravies d'accueillir - prêtant bon gré mal gré et souvent de manière prédatrice - jusqu'à l'éclatement des bulles immobilières et de la dette.  Et maintenant? Le problème sous-jacent des salaires stagnants, avec la plupart des gains économiques allant au sommet, est toujours avec nous. Encore une fois, les consommateurs sont très endettés, ce qui provoque une nouvelle crise.  La troisième grande leçon que nous n’avons pas apprise concernait la manipulation de la politique américaine. Après la crise, de nombreux Américains ont compris que Wall Street, les grandes entreprises et les riches avaient essentiellement acheté notre démocratie.  Les Américains ont vu Wall Street se faire renflouer tandis que les propriétaires, qui avaient soudainement plus à payer pour leur maison que la valeur de leur maison, n’avaient que peu, voire rien.  Des millions de personnes ont perdu leur emploi, leur épargne, leur retraite et leur maison, mais les financiers et les gros investisseurs en sont sortis plus riches qu'auparavant.  Les banquiers qui ont commis une fraude grave ont échappé à toute responsabilité. Les grandes banques comme Wells Fargo ont continué à enfreindre les lois en toute impunité.  De nombreux responsables de la déréglementation de la rue sont devenus des cadres supérieurs dans les banques de Wall Street qui ont bénéficié de la déréglementation. Certaines personnes impliquées dans la rédaction de la loi Dodd-Frank sont maintenant employées par les mêmes institutions financières qui la diluent.  Entre temps, les grandes entreprises et les riches ont continué d'inonder Washington d'argent, faisant de Washington la capitale du «capitalisme de copinage».  L'indignation généralisée à l'égard de tout cela a alimenté le Tea Party à droite et le bref mouvement «Occupy» à gauche. Tous deux se sont finalement transformés en deux candidatures anti-établissement de 2016: le populiste autoritaire Donald Trump et le populiste démocratique Bernie Sanders.  Et maintenant? La fureur anti-établissement reste la plus grande force de la politique américaine.

Partager cet article
Repost0
Published by chroniquedepam