Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2018 2 05 /06 /juin /2018 17:14
L'affaire Skripal et ses conséquences

La tentative d’empoisonnement par un agent innervant de Sergueï Skripal et de sa fille, le 4 mars 2018 au Royaume-Uni, a produit des effets géopolitiques en série. Parce que Londres a accusé Moscou d’avoir organisé cette opération contre un ex-agent double russe, une dynamique de sanctions et contresanctions s’est rapidement enclenchée. Au nombre des mesures prises en réponse à cette attaque chimique sur le territoire du Royaume-Uni, les expulsions de diplomates et personnels russes du Royaume-Uni et de pays solidaires ont fait la « Une » des journaux. La Russie a – évidemment – nié toute implication dans cette affaire, et rétorqué par des contre-mesures via l’expulsion de diplomates et personnels de pays solidaires du Royaume-Uni présents en Russie. La presse a suivi quelque temps les annonces et contre-annonces, puis s’est perdu dans le décompte, alors que le « score » du match UE / Russie est nettement à l’avantage de Moscou : 58 Russes pour 108 diplomates et personnels de l’UE expulsés à la date du 10 avril 2018. Surtout, quelques-uns se sont laissés aller à la facilité de recycler une nouvelle fois le concept de « Guerre froide ». Une période (1947-1990 ou 1991) notamment caractérisée par une structure bipolaire du monde, avec d’un côté les Etats-Unis et leurs alliés et de l’autre côté l’Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS) et ses satellites. Une URSS dont la Russie est héritière sur bien des points, comme la dette extérieure, le siège de membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies ou bien encore l’arsenal nucléaire… et chimique.

Partager cet article
Repost0
Published by chroniquedepam