Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 14:58
Après avoir laissé planer l'idée d'une dissidence sanglante, Aubry se range derrière Cambadélis. Congrès. « Beaucoup de mots pour rien. » C’est presque abattu qu’un député frondeur s’est confié en ces termes à un de ses collègues, loyal envers François Hollande, en constatant qu’après avoir laissé planer le doute, Martine Aubry... ...opposante en chef au gouvernement, se rangeait derrière la motion majoritaire défendue par Jean-Christophe Cambadélis pour le prochain congrès du PS, prévu en juin à Poitiers. Une reculade arrivée peu de temps après avoir galvanisé ses soutiens en attaquant violemment Manuel Valls, à l’Assemblée nationale : « Il est insupportable qu’on dise, comme le premier ministre le soir du premier tour, que c’est une victoire car le FN n’est pas la première formation politique de France », s’emportait-elle, ciblant l’« erreur profonde » de celui-ci d’avoir attaqué frontalement le FN, et défendant les frondeurs (« C’est une aberration de dire qu’il n’y a pas de demande de gauche ou de dire que c’est de la faute des frondeurs »). La maire de Lille s’était même laissé aller à imaginer une dissidence sanglante, promettant un « texte profondément révisé de la contribution de Cambadélis mais aussi une motion ». Au grand dam du frondeur Benoît Hamon, mais aussi de la députée socialiste Karine Berger, qui critique son « manque de cohérence », Aubry enterre donc ses velléités d’incarner une ligne plus à gauche que celle de Hollande et Valls. Et rate une occasion de rejoindre le camp de l’opposition à gauche, raillée par le président de la République sous le nom de « club du 21 avril », en référence aux candidatures de la présidentielle de 2002 qui avaient privé Lionel Jospin de second tour…

Partager cet article

Repost 0
Published by chroniquedepam

Texte Libre

Bienvenue sur mon blog, je suis Pam, je bosse dans la mode, retail, et mon job me gonfle. Alors pour me divertir j'écris ces quelques lignes. C'est ma chronique.

Recherche