Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 13:45
On peut se poser la question de la modernité du monde arabe tant la religion domine et prive les communautés locales de réelle pensée moderniste. Par trois fois en un siècle, le monde arabe a perdu la bataille de la modernité et du décollage économique, perpétuant durablement sa sujétion. Au XIXe siècle, sous Mohamad Ali, à l’époque de l’essor de l’industrie manufacturière. Au moment de l’indépendance des pays arabes, à l’époque de la guerre froide soviéto-américaine et des conflits inter-arabes subséquents à l’instrumentalisation de l’Islam comme arme de combat contre le nationalisme arabe. Pendant le dernier quart du XXe siècle, à la faveur du boom pétrolier qui transforma précocement bon nombre de jeunes pétromonarchies en «état rentier» dispendieux. A l’image du monde arabe, la confrérie des Frères musulmans, a, par trois fois, raté sa course vers le pouvoir, la première fois, sous la monarchie, la deuxième fois, sous Gamal Abdel Nasser, en 1953, la troisième fois, sous Abdel Fattah Sissi, son successeur militaire, en 2013, soixante ans plus tard, le ratage le plus douloureux en ce qu’il a été le fait de l’Arabie Saoudite, son incubateur absolu pendant près d’un demi-siècle. En 86 ans d’existence, malgré revers et déboires, souvent de son fait et du fait de ses alliés, la plus importante et la plus ancienne formation transarabe, fondée en 1928, paraît laminée en ce qu’elle n’a jamais conçu un projet de société autre que la propulsion de l’interdit comme mode de gouvernement, corrélativement à l’enfouissement du corps et surtout de l’esprit. Plutôt que de veiller au dépassement des clivages ethnico-religieux, les avatars de l’ère Mohamad Morsi en Égypte ont déblayé la voie à la proclamation d’un califat nouveau, sur les rives de l’Euphrate et de la Mésopotamie, faisant planer le risque d’anéantissement de l’unique mouvement de résistance nationale sunnite du monde arabe, qui plus est de sensibilité des Frères musulmans, le Hamas, miraculeusement rescapé de l’enfer israélien par la bravoure des défenseurs de Gaza et le soutien exclusif des renégats de l’Islam – l’Iran, la Syrie et le Hezbollah – le plus important camouflet infligé à la sphère sunnite. Principal vecteur d’accompagnement de la stratégie américaine en vue de la soumission du monde arabe à l’ordre atlantiste, la confrérie, aura été, de surcroît, la matrice de la totalité des déclinaisons dégénératives du djihadisme planétaire d’Al Qaida à Da’ech. Fonctionnant selon un mode opératoire unique fondé sur l’articulation de l’international sur le local, la source exclusive de son impulsion, -particulièrement leur articulation sur le camp pro-occidental au Liban, notamment les phalangistes, les milices chrétiennes libanaises-, ainsi que de leur propagande outrancièrement fantaisiste, à l’origine de leur discrédit durable, sa connivence souterraine sur le plan opérationnel avec les groupements takfiristes, lors de la bataille de Syrie (2011-2014), a frappé de caducité le discours novateur de son programme politique en ce que sa duplicité en le dévoilant, l’a dévoyé, le fourvoyant face à son ultime excroissance pathologique. Par leurs errances et leurs déviances, sur fond de démagogie inépuisable, les Frères musulmans auront affligé le monde arabe d’un handicap aussi lourd que les adversaires dont ils se voulaient le substitut. L’histoire retiendra que les Frères musulmans auront été poignardés par un Etat se réclamant de la même religiosité rigoriste qu’eux, et non par des nationalistes républicains qu’ils ont éperdument combattus. L’histoire retiendra aussi que les Frères musulmans auront été les plus parfaits idiots utiles de la stratégie atlantiste dans l’espace arabe, au détriment de leur propre cause et de la cause de l’Islam qu’ils sont supposés promouvoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by chroniquedepam

Texte Libre

Bienvenue sur mon blog, je suis Pam, je bosse dans la mode, retail, et mon job me gonfle. Alors pour me divertir j'écris ces quelques lignes. C'est ma chronique.

Recherche