Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 17:48

 En mai 2018, un règlement européen sur la protection des données personnelles - le RGPD - entrera en vigueur. Toutes les entreprises devront s'y plier. Le compte à rebours a commencé. Il reste moins d'un an aux entreprises pour se conformer au RGPD, petit nom barbare du règlement général sur la protection des données. Ce texte européen, adopté en avril 2016, entrera en application en France le 25 mai 2018.     "Ce règlement vise à renforcer le droit des personnes dont on utilise les données, à responsabiliser les acteurs impliqués dans le traitement de ces dernières, et à crédibiliser la régulation, en donnant notamment un pouvoir de sanction accru à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil)", résume Anna Milleret-Godet, avocate chez Cohen & Gresser. Cnil qui, d'ailleurs, a publié un plan d'actions en six étapes, pour aider les entreprises à se mettre en conformité avec le règlement.   Première chose à savoir, le RGPD entérine le principe "d'accountability". Difficilement traduisible, cela signifie concrètement que l'entreprise doit mettre en place des mesures de protection des données appropriées et pouvoir, si la Cnil le lui demande, être en mesure de prouver qu'elle respecte bien le règlement. Les déclarations à la Cnil sont supprimées, tout comme les demandes d'autorisation préalables (pour mettre en place une vidéosurveillance des salariés, par exemple).     "Un registre des activités de traitement de toutes les données personnelles est exigé dans les entreprises de plus de 250 salariés, et dans toutes les entreprises quelle que soit leur taille, si le traitement comporte des risques pour les droits et libertés des personnes physiques, s'il n'est pas occasionnel ou s'il porte sur des données sensibles ou se rapportant à des condamnations pénales, explique Anna Milleret-Godet. Mais cela ne signifie pas que, en dehors de ces cas, il ne faille pas mettre en place des outils permettant de démontrer la conformité de l'entreprise au RGPD, par exemple via des certifications ou bien l'adhésion à des codes de conduite". Salariés et clients doivent être évidemment informés des données récoltées, avertis qu'ils peuvent accéder aux informations et qu'ils peuvent demander à les modifier.  Autre évolution: c'en est fini du correspondant informatique et libertés (CIL). Place au data protection officer (DPO). Quand l'activité de base de l'entreprise induit du traitement grande échelle de données sensibles, ou "un suivi régulier et systématique à grande échelle des personnes", il convient d'en nommer un pour conseiller le responsable du traitement des données, veiller au respect du règlement et assurer le lien avec la Cnil. "Si vous êtes une start-up qui développe une application utilisant la géolocalisation ou dont l'activité est le retargeting (ciblage client, ndlr), par exemple, vous êtes très certainement concerné", illustre l'avocate.   Les responsables de traitement sont également tenus à une obligation de sécurité et doivent, dans certains cas, notifier toute faille, si par exemple des données sensibles sont volées, en cas de cyberattaque ou parce qu'un salarié se fait dérober son ordinateur professionnel, contenant des données personnelles. Un process doit ainsi être défini, pour avertir la Cnil, voire les personnes concernées.     Alors que jusqu'ici, le pouvoir de sanction de la Cnil pouvait apparaître limité, le RGPD va jusqu'à lui donner la possibilité de prononcer une pénalité financière pouvant s'élever dans les cas les plus graves jusqu'à 20 millions d'euros ou 4% du chiffre d'affaires annuel mondial, le montant le plus élevé étant retenu. "Si nous comparons cela à la récente condamnation de Facebook au plafond actuel de 150 000 euros d'amende pour non-respect de la législation sur la protection des données personnelles, montant dérisoire pour une telle entreprise, il est clair que le RGPD aura un véritable effet dissuasif", pointe Anna Milleret-Godet.  La loi pour une République numérique, adoptée en novembre 2016, avait déjà pris en compte en partie cette évolution en augmentant l'amende possible à 3 millions d'euros.   

Repost 0
Published by chroniquedepam
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 10:34
Chute libre

Certaines pensées vous tombent dessus au moment où vous vous y attendez le moins. J'en ai encore eu la preuve le week-end dernier, quand j'ai effectué un saut en chute libre près de Narbonne. Alors que je rongeais mon frein dans l'avion, dans l'attente du moment fatidique, j'ai soudain compris que l'Europe allait connaître un nouvel essor. Pourquoi dans une telle situation ? Je ne sais pas. Mais je me suis aperçu d'une chose : l'Europe a aujourd'hui toutes les cartes en main pour évoluer dans le bon sens. Ca a été si bref que je ne me rappelle pas tout. Mais il n'est pas compliqué de voir où nous en sommes actuellement. Tout d'abord, il y a eu l'avènement du Brexit, qui a laissé une trace profonde dans les consciences européennes. Cet événement a forcé les eurosceptiques à voir les conséquences que pourrait avoir une sortie de l'Europe. De ce point de vue, nous nous devons de dire merci à nos voisins britanniques pour cette prise de conscience salutaire ! :-) Ensuite, il y a bien sûr le brouilleur de cartes qui loge à l'Elysée. Avec le triomphe de Macron, le couple franco-allemand pourrait en effet être très porteur pour l'Europe. La nouvelle dynamique entre Merkel et Macron semble d'ailleurs bien partie, étant donné l'entente qu'ils ont affichée en se rencontrant à Berlin ! Et enfin, il y a Poutine et Trump, qui verraient d'un bon oeil le délitement, voire l'éclatement, de l'Europe. Face à de tels enjeux, il est plus que jamais capital pour l'Europe d'aller de l'avant. C'est, paraît-il, en temps de crise que l'on donne le meilleur de soi. Si c'est le cas, l'Europe qu'envisageait Schuman pourrait bien jaillir au moment où plus personne n'y croyait ! En tout cas, si vous aimez les expériences inoubliables, je vous invite à tester le saut en chute libre : les sensations sont carrément féeriques. Je vous mets en lien le site par lequel je suis passé pour ce saut à Narbonne, si vous voulez creuser la question. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog sur ce saut en parachute à Narbonne qui est très bien fait sur le sujet.

Repost 0
Published by chroniquedepam
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 16:36

Soupçonné d'escroquerie aux frais de l'État lors des législatives de 2012, le Front national allège cette année ses "kits" de campagne fournis à ses candidats. Le Front national veut se prémunir de tout risque judiciaire. Le parti d'extrême droite allège pour les législatives 2017 son système de kits de campagne déjà employé pour de précédentes élections, notamment les législatives 2012. Ce système lui vaut en effet un prochain procès en correctionnelle pour des soupçons de surfacturation.  LIRE AUSSI >> Affaire Jeanne: "Le FN a industrialisé le système de remboursement public"  "Afin d'harmoniser les campagnes de terrain, tant sur la forme que sur le fond, un kit de campagne personnalisé de qualité professionnelle est proposé aux candidats", écrit lundi Nicolas Bay, secrétaire général du parti et patron de la campagne des législatives, dans une note aux candidats et aux responsables départementaux du parti de Marine Le Pen.  Ce kit "permettra notamment de bénéficier d'un journal 4 pages personnalisé destiné à couvrir toutes les boîtes aux lettres de la circonscription. Bien entendu, ce kit a vocation à être complété par des documents locaux" supplémentaires, affirme Nicolas Bay.  Dans le kit de campagne "de base" à 5500 euros figurent les documents de la campagne officielle (hors article R.39 du code électoral) pour 300 euros, la conception et l'impression d'un journal de 4 pages de campagne à 50 000 exemplaires pour 3500 euros, un site-portail internet pour 400 euros et une expertise comptable pour 1300 euros.  Est aussi proposé un "financement correspondant à ce kit" via un prêt "consenti par le Front national directement" à un taux de 5% sur 9 mois. En 2012, ce prêt se faisait via le micro-parti "Jeanne" de Marine Le Pen, avec un taux de 6,5% sur un an.  525 candidats frontistes sur 577 avaient eu recours au kit obligatoire aux yeux de nombre d'entre eux, dont les prestations étaient fournies par Riwal, société d'un proche de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, ex-dirigeant du GUD qui a encore oeuvré dans la communication frontiste lors de la campagne 2017.  En 2012, le montant moyen du kit était de 16 650 euros, dont 600 euros pour les documents de campagne officielle, 3500 euros à 5900 euros selon le format pour la conception et l'impression d'un journal 4 pages à 30 000 exemplaires, 1800 euros pour le site-portail internet, 1200 euros pour les frais d'expertise-comptable. S'y ajoutaient de nombreuses autres prestations.  Le FN avait défendu ce système: offrir une campagne clé en mains à des candidats peu expérimentés. Les juges y ont vu une escroquerie au préjudice de l'Etat, avec pour "unique but de majorer les dépenses électorales remboursables", et a renvoyé le FN en procès à une date encore inconnue.  

Repost 0
Published by chroniquedepam
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 09:18

  L’astronaute français Thomas Pesquet s’apprête à effectuer sa deuxième sortie orbitale vendredi en compagnie de son collègue américain Shane Kimbrough pour faire des travaux à l’extérieur de la Station spatiale internationale (ISS).  Les deux hommes doivent s’extraire du sas de décompression de l’avant-poste orbital à 12h00 GMT pour une sortie devant durer six heures et demi, a précisé la Nasa (agence spatiale américaine).  Thomas Pesquet, 39 ans, un astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA) qui séjourne dans la station depuis le 20 novembre 2016, avait fait sa première marche dans l’espace le 13 janvier 2017 avec également Shane Kimbrough, 49 ans, le commandant de l’équipage de l’ISS, fort de six membres.  Il était alors devenu le quatrième Français à sortir dans l’espace et le onzième Européen.  Dans un message sur Twitter jeudi soir, l’astronaute français a déclaré « être prêt pour une nouvelle sortie dans l’espace demain ».  Quelques heures plus tôt, il expliquait dans un autre tweet qu' »une sortie dans l’espace, c’est un après-midi à l’extérieur mais des semaines de préparation en amont, au sol comme sur l’ISS ».  Les sorties orbitales nécessitent une préparation méticuleuse et une coordination parfaite des nombreux intervenants formant les équipes de soutien au sol et dans l’ISS.  Thomas Pesquet s’était ainsi entraîné des heures durant en piscine, avec son scaphandre, au centre spatial de la Nasa à Houston au Texas (sud des Etats-Unis).  Outre la sortie de vendredi, la Nasa en prévoit deux autres, le 30 mars et le 6 avril, dans le cadre de cette dernière série de travaux d’entretien et d’installation.  Le Français ne participera pas à celle du 30 mars mais effectuera la sortie du jeudi 6 avril avec cette fois l’astronaute américaine Peggy Whitson. Thomas Pesquet portera ainsi à trois le nombre d’expéditions qu’il aura faites dans l’espace, de quoi égaler le record de son collègue français Philippe Perrin.  Le séjour de six mois dans l’ISS de Thomas Pesquet s’achèvera en mai.  Pour la sortie de vendredi, l’astronaute de l’ESA et Shane Kimbrough prépareront le déplacement d’un adaptateur pressurisé destiné à un deuxième port d’amarrage qu’utiliseront les futurs vaisseaux commerciaux habités, notamment de SpaceX.  Pour ce faire, ils débrancheront les câbles électriques de l’adaptateur, qui pourra ainsi être déplacé robotiquement dimanche du module Tranquility où il se trouve actuellement jusqu’au module Harmony de la Station.  Les deux marcheurs de l’espace doivent aussi lubrifier des parties du robot canadien télémanipulateur Dextre, dotés de mains.  Ils doivent en outre inspecter un radiateur du système de refroidissement de la station suspecté d’avoir une petite fuite d’ammoniaque, et remplaceront des caméras sur la section japonaise de l’ISS.  Les deux astronautes travailleront séparément pendant une grande partie de la sortie. Thomas Pesquet inspectera le radiateur et consacrera la plupart de son temps aux tâches d’entretien de Dextre, qui mesure 3,7 mètres de haut.  Pour Shane Kimbrough, cette marche orbitale marquera la cinquième de sa carrière.  La sortie de vendredi sera la 197e consacrée à l’assemblage et à l’entretien de l’ISS, dont le premier module a été mis en orbite en 1998.  La station, d’une masse de 450 tonnes, évolue à 400 kilomètres au-dessus de la Terre dont elle fait le tour toutes les 90 minutes, passant donc du jour à la nuit toutes les 45 minutes.  De ce fait, les astronautes travaillent alternativement à la lumière du soleil et dans l’obscurité totale: leurs casques sont donc munis d’un puissant éclairage.

Repost 0
Published by chroniquedepam
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 15:38

Il y a quelques jours, j'ai assouvi un rêve de gosse : j'ai eu entre les mains une Ferrari Italia  et j'ai pu piloter ce monstre sans entraves : sur un circuit de course où j'ai pu oublier pendant quelques minutes les limitations de vitesse. Un moment parfait. Cette journée m'a fait retrouver le plaisir de la conduite. J'aime la conduite depuis mon plus jeune âge. Toutefois, dans la vie de tous les jours, j'observe que je ne prends plus autant de plaisir au quotidien. Il faut dire que les embouteillages et toutes les réductions de vitesse refroidissent les ardeurs : la conduite est devenue nettement insipide. C'est vraiment la règlementation qui gâte l'expérience, à mon avis. Il n'y a encore pas si longtemps, la conduite automobile était encore un moment d'euphorie. Je me souviens que plus jeune, les ceintures de sécurité à l'arrière n'existaient pas. Il n'y avait pas de panneaux d'interdiction tous les dix mètres. Je ne nie pas qu'il n'y a a priori aucun argument à donner contre ceux qui veulent réduire le nombre d'accidents mortels. Mais nous vivons tout de même dansune société trop protectrice. Je ne serais pas étonné que d'ici quelques années, l'on nous fasse rouler à 90km/h sur autoroute. Et si cette crainte prête à rire, songez donc à toutes les règles qu'on nous a déjà imposées. Le problème de cette protection est contre-productive. Ce qui est arrivé aux antibiotiques est très caractéristique : les médicaments ont cessé de faire effet du fait qu'ils étaient utilisés systématiquement. Je considère que tout abus est préjudiciable, et les restrictions que nos députés  prévoient pour notre sécurité en fait partie. C'est simple : plus je vois une zone limitée à 30 km/h, je me sens soudain une âme de rebelle... Si l'expérience vous tente, voici le site par lequel je suis passé pour ce stage de pilotage. Chauffeur, si t'es champion, comme chantent mes enfants... Pour en savoir plus, allez sur le site spécialiste Les plus belles voitures.

Repost 0
Published by chroniquedepam
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 16:16

Dans son rapport annuel sur les inégalités sociales, l'ONG Oxfam conclut que la fortune des huit hommes les plus riches au monde dépasse celle de la moitié la plus pauvre de l'humanité. Une statistique choc à prendre avec des pincettes.  La fortune de huit personnes dépassant celle de 3,6 milliards de personnes : c'est ce qu'annonce, lundi 16 janvier, l’ONG Oxfam dans son rapport sur les inégalités et la concentration de richesse, publié comme chaque année à la veille de l’ouverture du Forum économique mondial à Davos. Si elle a le mérite de souligner, année après année, que les inégalités persistent, la statistique choc d’Oxfam déforme aussi la réalité. Baptisé “une économie au service des 99 %”, le rapport énonce que les biens des huit milliardaires les plus riches du monde dépassent ceux de la moitié la plus pauvre de l’humanité. Le philanthrope et créateur de Microsoft Bill Gates, Amancio Ortega (fondateur de Zara), l’investisseur Warren Buffet, Carlos Slim (le magnat mexicain des télécoms), Jeff Bezos (le fondateur d’Amazon), Mark Zuckerberg (le patron de Facebook), Larry Ellison (le PDG d’Oracle) et Michael Bloomberg (propriétaire du média Bloomberg) disposent d’une fortune cumulée de 427 milliards de dollars. Les 50 % les plus démunis de la planète ne se partagent, quant à eux, que 409 milliards de dollars. Cette comparaison frappante permet à Oxfam de dénoncer “l’extrême” concentration de richesse entre les mains d’une toute petite élite. Surtout, ces nouveaux chiffres démontrent que la situation a empiré. Le rapport 2016 de l’ONG avançait que la richesse des 62 plus grandes fortunes du monde était équivalente à celle de la moitié la plus pauvre de la population mondiale. En 2017, ils ne seraient plus que huit. Une accélération des inégalités qui va dans le sens du dernier rapport du Bureau international du travail (BIT), publié le 12 janvier, mettant en garde contre la multiplication des crises sociales en raison du fossé de plus en plus grand entre riches et pauvres. Mais la nette différence entre les résultats de 2016 et de 2017 provient moins d’une accentuation des inégalités que d’un changement de méthodologie pour comptabiliser la fortune des plus pauvres. Oxfam reconnaît avoir procédé à des ajustements pour parer aux critiques, qui avaient déjà été adressées à l’ONG l’an dernier. En appliquant le même calcul que celui retenu cette année, la conclusion du précédent rapport aurait dû être que les neuf personnes les plus riches de la planète possèdent davantage que la moitié la plus pauvre. La situation n’a donc, en réalité, que peu évolué en un an. Ensuite, la manière de comptabiliser ceux qui appartiennent au cercle des plus pauvres fait débat. Oxfam se réfère l’almanach 2016 de la richesse globale du Credit Suisse pour faire ce calcul. Ce document assimile la richesse au patrimoine, c’est-à-dire qu’il comptabilise les actifs d’une personne (ce qu’il possède) auxquels sont soustraits ses dettes, sans prendre en compte des sources de revenus comme le salaire. Une définition qui a tendance à mettre dans le même sac un diplômé de Harvard qui débute sa carrière à Wall Street et doit encore rembourser son crédit pour les études et des populations qui meurent de faim en Afrique mais qui n’ont pas de dette. Pire : cette comptabilité “fait qu’un retraité allemand qui a contracté un prêt pour s’acheter, par exemple, une voiture, est plus pauvre que les fermiers du Burundi qui eux n’ont pas le luxe d’emprunter”, souligne le quotidien de centre-gauche Süddeutsche Zeitung. Cette comptabilité a aussi un autre défaut, selon le site d’information américain Fusion : “Il part du postulat que toute dette rend forcément plus pauvre, alors que certains emprunts sont des investissements qui peuvent être rentabilisés dans les mois suivants”. Conscient de ces critiques, Oxfam, contacté par France 24, affirme que ces étudiants ou retraités allemands “ne sont qu’une infime minorité de cas sur les 3,5 milliards de personnes concernées”. Il n’en demeure pas moins que l’existence de ces “faux pauvres” relativise l’affirmation que huit milliardaires possèdent davantage que la moitié la plus démunie de la population mondiale. Dans sa note de méthodologie, l’ONG reconnaît d’ailleurs qu’en ne prenant pas en compte ceux qui, comme les étudiants américains, ont une “richesse négative”, il faut la fortune des 56 milliardaires les plus riches - et non plus seulement de huit - pour égaler celle des 50 % les plus pauvres. “Ce qui ne fausse en rien la réalité globale de l’extrême concentration des richesses dans l'économie mondiale”, tiennent à souligner les auteurs du rapport d’Oxfam.

Repost 0
Published by chroniquedepam
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 11:22
Istanbul
Repost 0
Published by chroniquedepam
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 11:21

Environ un quart des citoyens américains croient que le président Barack Obama n'a pas rempli les promesses faites pendant ses campagnes électorales, selon une enquête récente. Un sondage effectué par Associated Press-NORC Centre for Public Affairs après les élections de 2016, relève l'une des principales contradictions de la présidence de Barack Obama. De manière générale, les Américains l'apprécient. Néanmoins, Obama n'a pas été en mesure d'utiliser ce soutien public dans bon nombre de ses politiques, ou de transformer sa popularité pour accomplir ses objectifs. Les deux tiers des Américains croient que Barack Obama n'a pas tenu ses promesses. 44 % estiment qu'il a essayé de faire de son mieux mais a échoué, plus de 22 % ont déclaré qu'il n'avait pas du tout tenu ses promesses et 32 % ont noté que M. Obama avait fait ce qu'il avait promis. Ces chiffres reflètent les frustrations ressenties, même par de nombreux partisans d'Obama, au sujet du manque de progrès sur les grandes initiatives, lancées par le président, telles que la réforme des lois sur l'immigration, l'adoption de mesures de contrôle des armes à feu et le problème de la prison de Guantanamo sur l'île de Cuba. L'étude montre également d'importantes divisions dans la société américaine, exposée à l'élection de 2016, malgré les espoirs d'unité nationale qui s'étaient emparées des États-Unis après les élections historiques de 2008. Huit ans plus tard, seulement 27 % des Américains considèrent leur pays comme plus uni grâce à la présidence de Barack Obama. Beaucoup plus, 44 %, estiment que la société américaine est devenue plus divisée. Le sondage, qui a pris en compte 1 017 citoyens américains adultes, a été mené du 14 au 19 décembre, l'erreur statistique ne dépasse pas 3,7 %. Barack Obama transmettra ses pouvoirs au président élu américain Donald Trump, du Parti républicain, lors de la cérémonie d'investiture. L'évènement qui aura lieu le 20 janvier à Washington près du Capitole, siège du Congrès américain, sera suivi par deux à trois millions de personnes qui se rendront sur place.

Repost 0
Published by chroniquedepam
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 13:06
Acrobaties à bord d'un avion de chasse

Nous avons tous notre jardin secret. Le mien, c'est les avions de chasse. Je serais bien incapable de vous dire pourquoi : cela remonte à mes jeunes années, et mes parents eux-mêmes sont incapables de dire comment cette passion est née. Mais pour vous dire à quel point j'étais atteint : enfant, il m'était impossible de sortir sans avoir mon avion de chasse préféré en poche. Je jouais avec en permanence et imaginais des duels aériens dès que j'étais seul. Avec de tels antécédents, il était donc fatal qu'un jour, je veuille m'envoler à bord d'un véritable appareil. Et j'ai enfin pu satisfaire ce rêve un peu fou le week-end dernier, à l'occasion d'un baptême en L-39. Et même si j'ai regagné le tarmac depuis un bout de temps, je crois qu'une part de moi restera éternellement dans les nuages, observant la terre lors d'un vol dos. Les sensations que j'ai ressenties pendant ce vol m'ont en effet impressionné plus que je ne l'aurais cru. Je me suis souvenu ce jour-là de la différence qu'il peut y avoir entre la théorie et la pratique. Je savais par coeur les impressions qu'apporte un avion de chasse : la pression des G qui vous fait peser presque six fois votre poids, la micro-pesanteur que procure les G négatifs, la vue qui diminue quand on est écrasé dans certains virages... Mais au final, mon savoir était purement théorique, et ne m'a pas préparé le moins du monde à ce que j'ai ressenti là-haut. Car quand l'on éprouve de telles sensations, on comprend que le savoir est bien peu de choses tant qu'il n'est pas vécu physiquement. Certains moments étaient tellement extrêmes qu'ils en étaient carrément éprouvants. A tel point que je dois reconnaître que, même si j'ai adoré cette expérience, j'ai poussé un petit soupir de soulagement quand il a fallu retourner à l'aéroport. J'aurais voulu continuer, mais je savais que plus aurait été de la gourmandise. En tout cas, si l'adrénaline est votre credo, je vous invite sincèrement d'essayer l'aventure. Voilà d'ailleurs le site où j'ai déniché ce vol en L-39, pour ceux que ça intéresse !

Repost 0
Published by chroniquedepam
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 13:45

David Cameron a joué les apprentis sorciers. Il a perdu son pari. Il a démissionné. Son épouse à ses côtés, il l’a annoncé d’un ton sinistre : « Je ne crois pas qu’il soit opportun que je sois le capitaine qui mène notre pays vers sa prochaine destination. » Digne, certes, mais réaliste ! Quelques heures plus tôt, 84 députés de son parti, favorables au Brexit, lui demandaient de rester à son poste quelque soit le résultat. Lui-même évoquait cette hypothèse il y a un mois, avançant : « Je ne suis pas un lâcheur. » Mais l’ampleur du vote “out” et la participation record ne lui offraient pas d’autre choix que ce “Cameronexit”. Ce premier ministre est un eurosceptique par nécessité plus que par conviction. Il est celui qui a ramené les conservateurs au pouvoir en 2010, après treize années d’opposition. Cinq ans plus tôt, il avait été élu à la tête du parti — il avait 39 ans — grâce au soutien des plus antieuropéens. Les tories se donnaient pour chef un descendant de Guillaume IV, diplômé d’Oxford, tout droit sorti de la série Downtown Abbey, « ces gens servis à table et qui prennent des bains depuis des générations », comme disait Françoise Giroud. Un grand type au teint rose, le visage poupin encadrant des traits aigus. So British ! Au départ, Cameron voulait moderniser son parti. Il demandait à ses barons d’arrêter de ressasser la question de l’Europe. Mais il avait dû leur donner des gages et faire démissionner ses 27 députés européens du groupe PPE, trop dominé, jugeait-il, par les Allemands. Les antieuropéens de son parti n’ont cessé de multiplier les rébellions parlementaires. Déjà en 2011, une centaine de députés réclamaient un référendum sur le “in” ou “out”. Dans un important discours, en janvier 2013, pour s’assurer de leur soutien en vue des législatives, David Cameron avait promis d’en organiser un avant fin 2017. Il a cédé à ses frondeurs, pensant régler ce différend une fois pour toutes. D’autres parlaient déjà de « suicide politique ». En 2015, Cameron remportait la majorité absolue au Parlement. Une belle victoire ! Mais entre-temps, la question empoisonnée de l’Europe s’est mêlée à celle encore plus toxique de l’immigration. À commencer par le rejet des 800 000 Polonais et Roumains auxquels Tony Blair avait ouvert les bras. Son pari devenait très risqué. David Cameron restera dans l’histoire comme le premier ministre qui aura sorti son pays de l’Union européenne, après quarante-trois ans de relations, il est vrai, compliquées. Mais pire encore, il sera peut-être celui qui aura conspiré à la dislocation du Royaume-Uni. L’Écosse, qui a voté pour le “in”, se sent de nouvelles velléités d’indépendance, comme le laisse déjà entendre son premier ministre, Mme Nicola Sturgeon. Un grand fiasco personnel !

Repost 0
Published by chroniquedepam

Texte Libre

Bienvenue sur mon blog, je suis Pam, je bosse dans la mode, retail, et mon job me gonfle. Alors pour me divertir j'écris ces quelques lignes. C'est ma chronique.

Recherche